Demande de Financement

Posted by on 30 novembre 2016

 

L’AMP formule des points de vigilance – juin 2016

Notre demande de financement, comme prévu, a été déposé auprès de l’Agence Micro Projet à fin mars. L’agence nous est revenue mi-juin avec ses remarques classées en deux catégories (points positifs, points de vigilance). Une réunion a été organisée (Mme Larique – AMP, M. Nedelcu- Association Tia) pour détailler plus particulèrement les points les points de vigilance.

Points positifs :

  • Fonds propres de l’association à hauteur de 6500 euros
  • Poste de salarié créé pour suivre le projet et les activités de maraichage
  • Forage déjà construit par l’association
  • Don du terrain
  • Partenariat également avec une association Suisse
  • Projet à destination des femmes et des jeunes
  • Prise en compte des exclus
  • Protection périmètre maraichers contre les bêtes
  • Volonté de mettre en place une agriculture raisonnée
  • Annexes très détaillées
  • Partenaire local bien implanté localement (reconnaissance par les autorités publiques + existe depuis 2009 + relations de confiances avec les bénéficiaires depuis 4 ans)
  • Un projet pilote/expérimental a déjà été fait : essai de maraîchage sur 200m2 en fin 2015
  • Capitalisation d’expérience avec d’autres projets (2016)
  • Lien historique entre partenaire local et français sans pour autant noter un renforcement clair des compétences du partenaire local.
  • Implication des autorités locales dans le projet

Points de vigilance :

  • Reserve d’eau suffisante pour assurer l’irrigation de 2ha ?
  • Quelle durabilité d’un tel forage ?
  • Infrastructure pour l’irrigation : Maintenance des machines et notamment des panneaux solaires ?
  • Les moyens humains sont à préciser un peu plus dans les activités, et notamment les personnes en charge d’assurer la coordination, les responsables des activités, ou les personnes qui seront en charge d’assurer les formations.
  • Débouchés : Organisation de la vente ? Sur quel marché ? Eloignement du marché ? Est ce que les personnes sont libres du choix des plants et du ratio vente/autoconsommation ?
  • Quels sont plus précisément les responsabilités et le rôle du comité de gestion du maraichage ?
  • Durabilité du matériel de pompage et quelle gestion financière pour le remplacer ? Quelle base pour l’estimation des rendements (notamment du fait de l’aléa climatique) ?
  • Quelle gestion des fortes pluies ? (Une indication de perte du fait de moisissures dans les plantations)

Ces points de vigilance nous ont été commentés par le responsable AMP  de l’étude des demandes de financement reçues par l’AMP orgniasée

La réunion avec Mme Lariqye nous a conforté dans notre détermination à aller jusqu’au bout de notre démarche. Une troisième demande sera déposée fin mars 2017, avec un avis qui sera rendu au mois de juin, et un lancement du projet dés septembre 2017, si nous sommes suivis par l’AMP. Un prochain voyage est d’ors et déjà prévu dés janvier 2017, afin de résoudre les derniers points de vigilance émis par la commission de l’AMP.

Olivier Nedelcu

 

 

 

Commentaires fermés