une école à TIA

 

L’école de Tia a été construite en 2006, par le P.D.E.P.B. (Programme de Développement de l’Enseignement Primaire au Burkina).

photo_393

Elle se compose de trois classes, c’est une école dite biennale. Il faut entendre par là que si une année, les cours diffusés sont le CP1, le CE1, le CM1, l’année suivante, ce seront les classes de CP2, CE2, CM2. Ce qui implique que si un enfant doit redoubler, il perd deux ans, car il reste déscolarisé une année complète

Pour l’année académique 2013/2014, la répartition des écoliers s’articule ainsi : Pour un nombre total de 146 élèves, 53 sont au CP1, 58 au CE1, 48 au CM1.

En ce qui concerne les genres et par classe,

Au CP1, 25 garçons pour 28 filles.

Au CE1, 29 garçons pour 29 filles

Au CM1, 15 garçons pour 33 filles

Les enseignants sont au nombre de trois : un directeur, un maître et une maîtresse.

L’école ouvre ses portes à 7 h 30 jusqu’à 12 h et les cours reprennent de 15 h à 17 h. Ainsi les élèves doivent se lever à 6 h, la plupart du temps, ils restent le ventre vide jusqu’à ce qu’ils rentrent chez eux le soir. L’école se situe à l’orée du village et est un peu éloignée de certaines habitations. Ajoutons à cela qu’il n’existe pas de cantine. L’équipement des classes est insuffisant, les enseignants ne possèdent ni bureaux,  ni chaises dignes de ce nom. De même, les élèves s’entassent à trois ou quatre sur des tables-bancs prévus pour deux. Ce n’est que le plus criant, peu d’hygiène, le premier point d’eau est assez éloigné de l’école. Les latrines sont au nombre de quatre, dont trois sans portes pour les enseignants et les élèves….L’école n’est pas clôturée ainsi, les animaux en divagation, les vélos, les motos et quelques rares voitures traversent la cour de l’école créant ainsi l’insécurité pour les élèves.

Mais malgré ces conditions difficiles les enfants sont assidus.

Et puis un peu de lumière dans ce sombre tableau; le 02/03/2014, l’école a pu être électrifiée avec des plaques solaires. Cette réalisation est le fruit d’une collaboration sans failles entre l’ « Académie des Philosophes Masqués » (A.P.M) et ses partenaires suisses – « Baobab de Tia » – En effet, le  coût total de l’électrification de l’école a été subventionné par l’Association « Baobab de Tia ».

Pour conclure, s’il existe des bonnes volontés qui seraient touchées, émues par la grande précarité de nos petits écoliers, L’A.P.M. reste ouverte à toutes les propositions qui pourraient améliorer le cadre de vie de nos élèves.

 

Yamina Belghoul