Le projet

 

Présentation


Le projet « Songo’f Menga » de Tia , qui veut dire en Moore, langue de l’ethnie dominante au Burkina Faso, « aide toi toi-même», est un projet ambitieux qui vise, à partir de ressources naturelles et humaines d’une petite communauté villageoise et rurale, à ouvrir un horizon réaliste d’auto-développement durable. Il est le fruit de la réflexion partagée d’une association burkinabé dénommée « Académie des Philosophes Masqués » qui prend en charge la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le Rapport Brundtland: « le développement durable est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Il pourra servir d’exemple pour toute une zone enclavée et en proie à un exode rurale qui la prive de ses bras valides en plus d’être victime d’une sécheresse et d’une désertification récurrentes.

Le projet d’élevage (activité spécialisée dans la production d’animaux jeunes) et d’embouche (préparation des animaux pour la boucherie) ovin et porcin, ainsi que le maraîchage consiste à octroyer au groupement constitué de femmes de Tia, un enclos collectif pour petit bétail, une paire de bêtes par femme, du matériel aratoire pour l’exploitation d’une petite parcelle de maraîchage. Il est le premier acte soutenu par des partenaires techniques et financiers qui alimentera la suite des activités du projet, au rythme de la rentabilité des premières réalisations: ainsi les premiers animaux achetés reproduiront les autres animaux à distribuer jusqu’à la couverture totale de toutes les femmes intéressées par ce type d’activités; il en sera de même pour le maraîchage et l’alphabétisation.

Le projet se situera dans le village de Tia, à une quarantaine de kilomètres de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Il bénéficie dans ce village de la double disposition de l’espace exploitable et de la volonté manifeste des femmes de s’y engager.

 

Objectif général

 

Le projet d’embouche ovine et porcine se donne pour objectif général de permettre aux enfants d’apprendre auprès des femmes, leurs éducatrices à bien se nourrir et à travailler pour cet objectif en premier lieu pour réaliser leur autosuffisance alimentaire. Les bénéfices qui résulteront de ce projet serviront à venir en aide aux structures nationales qui s’occupent de la réinsertion sociale et professionnelle des enfants en difficultés.

 

Objectifs spécifiques


Les objectifs spécifiques du projet sont:

  • Alphabétiser femmes et enfants pour la transmission des connaissances techniques, utiles aux activités du projet,
  • Permettre aux femmes de mieux assumer leur rôle d’éducatrice des générations montantes,
  • Créer une source permanente de revenus complémentaires par l’embouche ovine et porcine ainsi que le maraîchage,
  • Garantir l’hygiène à la population de tout un village et lui assurer une alimentation équilibrée,
  • Renforcer des activités bien connues des femmes et des enfants qui assureront leur développement durable.

 

Moyens logistiques


Le projet dispose d’un terrain et d’une mare d’eau à proximité de son village d’implantation, avec une possibilité de forage prometteuse.
Les femmes disposent déjà d’outils aratoires archaïques à améliorer pour rentabiliser le projet, et de techniques traditionnelles pour le débuter ainsi qu’un savoir-faire rudimentaire en matière d’embouche et de maraîchage.

La plupart des acteurs du projet disposent de bicyclettes comme moyens de locomotion et de transport pour l’écoulement de leurs produits au marché voisin de Laye, situé à trois kilomètres du village, et desservi par une nationale qui relie Ouagadougou à Ouhigouya, 3ème ville du Burkina Faso.

 

Moyens humains


La jeunesse et la vitalité des femmes, liées à leur volonté de s’investir dans ce projet, ainsi que le suivi garanti des promoteurs du projet, sont des acquis de viabilité du projet.
Le désœuvrement de toute la population de Tia après les saisons pluvieuses garantit aux activités de contre saison du projet, la disponibilité d’une main-d’œuvre suffisante pour leurs exécutions.
Ce projet bénéficie outre-Atlantique de la générosité de partenaires suisses, décidés à appuyer ses promoteurs jusqu’à sa réalisation. Les échanges à l’occasion des voyages des uns et des autres consolideront l’amitié qui est à la base d’un tel rêve qui prend corps.

 

Coût du projet (en Francs CFA)

 

1/Coût de l’enclos collectif du petit bétail (moutons et chèvres) : 20 têtes

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total
Tôles 20 5000 100.000
Briques 3500 125 437.500
Bois rouge 60m 800 48.000
Ciment 20 sacs 6.500 130.000
Fer de 12 20x2m 800 32.000
Fer de 8 30x3m 600 54.000
Fer d’ attache 60x2m 400 48.000
Goudron 10m2 1.000 10.000
Pointes 5 paquets 850 4.250
Porte 1 70.000 70.000
Fenêtre 4 27.500 110.000
Main-d’œuvre     75.000
    Coût Total 1.118.750

 

2/Coût des animaux d’eélevage

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix
Chèvre 5 12.500 62.500
Mouton 35 22.000 770.000
Porc 10 16.500 165.000
    Coût Total  997.500

 

3/Coût des vaccins

 

Désignation Quantité Déparasitant Prix unitaire Vaccin Prix unitaire Prix total
Chèvres 5 Ivomec 600 Parovirose 550 5.750
Moutons 35 Ivomec 600 Parovirose 550 40.250
Porcs 20 Ivomec 600 Parovirose 450 21.000
Prestation vétérinaire           55.000
          Coût Total 122.000

 

4/Coût du forage 

 

Désignation

Quantité

Prix unitaire

Prix total

Travaux préparatoires

1

1.220.000

1.220.000

Forage, fourniture et pose composants intermédiaires

1

3.395.000

3.395.000

Fourniture et pose de la pompe Volonta

1

1.850.000

1.850.000

Finitions

1

1.040.000

1.040.000

   

 Coût Total

7.505.000

 
5/Coût du matériel aratoire pour le maraîchage

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total
Pioche 15 2.500 37.500
Binette 15 500 7.500
Pelle 15 1.500 22.500
Râteau 15 1.750 26.250
Brouette 15 35.000 525.000
Arrosoir 15 1.500 22.500
    Coût Total 641.250

 

6/Coût de la salle d’alphabétisation

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total
Tôles 40 10.000 400.000
Briques 7000 250 1.250.000
Bois rouge 120m 1600 192.000
Ciment 40 sacs 13.000 520.000
Fer de 12 40x2m 1600 192.000
Fer de 8 60x3m 1.200 216.000
Fer d’ attache 120x2m 800 192.000
Goudron 20m2 2.000 40.000
Pointes 10 paquets 1700 17.000
Porte 2 140.000 280.000
Fenêtre 6 55.000 330.000
Main-d’œuvre     300.000
    Coût Total 3.865.000

 

7/Coût de l’alphabétisation (matériel didactique et salaire)

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total
Craie 2 boîtes 1.250 2.500
Académie 20 2.000 40.000
Cahier 20 400 8.000
Ardoise 20 200 4.000
Livre d’alphabétisation 20 3.500 70.000
Stylo 40 100 4.000
    Coût Total 128.500

 

8/Coût des prestations en formation et sensibilisation

 

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total
Formation des instituteurs 3 semaines 50.000 50.000
Supervision 2 contrôles 45.000 90.000
Honoraires de l’instituteur 60 leçons x2 75.000 150.000
    Coût Total 290.050

 

Chronogramme de mise en œuvre


  1. Fin février, début mars, constitution du groupement de femmes porteur du projet, formation et sensibilisation aux objectifs du projet.
  2. 10 au 20 mars, construction de l’enclos collectif, achat des animaux et du matériel aratoire complémentaire, achat de vaccins pour les animaux.
  3. 20 au 30 mars, distribution de parcelles, répartition des animaux et début de l’embouche
  4. Avril, Début des travaux de forage
  5. Début septembre, construction de la salle d’alphabétisation des femmes et recrutement d’un(e) maître en alphabétisation

 

Intérêts et impacts

 

A court terme, l’intérêt du projet sera d’occuper utilement les femmes et les enfants à l’amélioration de leurs conditions de vie. Il aura pour impact de valoriser aux yeux de tout le monde, le rôle fondamental que peuvent jouer ces deux couches sociales défavorisées dans le processus du développement durable d’une localité : Lutte contre la pauvreté, contre l’exclusion, contre l’ignorance et la délinquance.

Le forage contribuera à une meilleure couverture des besoins en eau potable et en eau d’irrigation.
Le village ne possède que 2 forages pour une population estimée à 1500 habitants, tous très éloignés du site favorable au maraîchage: Dans ce contexte, la corvée d’alimentation en eau est réservée aux femmes et aux enfants qui seront soulagés d’en disposer à proximité.

L’élevage permettra aux femmes de s’émanciper financièrement de leur mari et de mieux s’occuper de l’éducation de leurs enfants. L’option des femmes en majorité pour l’embouche porcine, tient au fait que la coutume à Tia consacre aux traditions funéraires, l’abattage d’animaux comme les chèvres et les moutons dont les hommes se réservent l’exclusivité de l’élevage pour ne pas discuter de leur pouvoir en la matière avec leurs femmes à ces occasions, ce qui pourrait servir de cause de divorce sans droit pour les femmes.

Du point de vue de la rentabilité l’élevage porcin a l’avantage d’une productivité assez importante et bénéficie localement de la disponibilité de l’alimentation des porcs, constituée des résidus de la bière de mil locale, abondamment consommée et donc fabriquée au village même. Les excréments des porcs serviront utilement comme engrais organique pour le maraîchage. Ces engrais sans produits s’inscrivent dans le respect de l’homme contemporain doit à son environnement comme le recommandent toutes les instances conscientes des dangers que lui font courir les activités humains polluantes et dégradantes.

Le maraîchage, à n’en pas douter, équilibrera l’alimentation quotidienne de Tia, apportera des revenus supplémentaires et diversifiés aux femmes et aux jeunes qui l’exerceront, sédentarisera la jeunesse désœuvrée en saison sèche et renforcera les chances de succès de tout le village dans sa lutte contre l’appauvrissement des sols et la désertification.

L’alphabétisation, non seulement permettra une meilleure gestion des ressources familiales, mais surtout améliorera l’hygiène du village au quotidien pour une meilleure santé. Elle émancipera les femmes des pratiques néfastes à leur santé comme l’excision, le Lévirat (héritage de la femme du frère aîné ou du père décédé par le frère cadet), et de l’exclusion économique dont les femmes sont victimes par ignorance: Elles pourront ouvrir des comptes bancaires dans les « Caisses Populaires » de leur région et gérer un compte d’épargne pour sécuriser leurs biens , et avoir accès aux micro financements.

A moyen terme, le projet appellera la complémentarité et le développement d’autres activités telles que:  l’accroissement des échanges avec les villages voisins et la capitale Ouagadougou, et permettra le développement d’ activités nouvelles telles que : l’élevage de poules pondeuses, la pisciculture, la restauration et le tourisme, celui aussi de l’artisanat local et des prestations culturelles, toutes choses qui donneront un souffle nouveau au développement global du village et de sa commune.

A long terme, ce projet servira d’exemple à d’autres localités voisines et améliorera les échanges économiques entre les milieux urbains et ruraux .
L’alphabétisation contribuera à une meilleure citoyenneté des femmes et enfants des zones rurales en les émancipant.

 

Planification prévisionnelle des activités pour la mise en œuvre

 

  • Achats de caprins, ovins, porcins pour embouche
  • Construction d’un enclos pour petit bétail
  • Forage
  • Construction de la salle d’alphabétisation
  • Découpage et répartition des parcelles pour le maraîchage
  • Achat de matériels aratoires
  • Achat de semences sélectionnées